Histoire de Londres

Histoire de Londres

Découvrez l'histoire de Londres depuis la conquête romaine jusqu'à nos jours. Vous connaîtrez des anecdotes sur la capitale du Royaume-Uni.

Londres se situe au sud de l'Angleterre, elle est la capitale politique et économique du Royaume-Uni. Le centre-ville se trouve à 60km de l'embouchure de la Tamise, le fleuve qui parcourt la ville. Sa situation privilégiée au sud-est de l'Angleterre lui a été très bénéfique, puisque pendant longtemps, ce fut la région la plus riche et peuplée du pays.

Les origines de la ville

La ville n'a été édifiée qu'après la conquête romaine. La domination romaine a commencé au premier siècle après J-C et a pris fin au Vème siècle après J-C, lorsque s'est effondré l'empire. Au IIIème siècle, Londinium et son port abritaient une population plus importante, comptant quelques 500 000 habitants. 

Ruinée par les invasions anglo-saxonnes au Vème siècle, c'est au VIIème siècle que la ville est devenue le siège épiscopal et la capitale du petit royaume d'Essex.

Les incursions scandinaves au IXème siècle ont entraîné l'implantation des colons danois dans le voisinage, ce qui a finalement encouragé l'esprit entrepreneurial et le sens du commerce dans la zone, devenant ainsi le premier centre urbain du pays. Sa richesse attira les rois scandinaves et danois qui assiégèrent la ville et l'obligèrent à payer un tribut.

Depuis 1067, la ville a exercé les mêmes droits qu'un comté, ne dépendant que de l'autorité royale. La Tour de Londres remonte à cette époque.

En 1191, la ville s'est constituée telle une municipalité ("corporation") en remplaçant le « portreeve » par la fonction de maire. En 1215, Londres a eu le privilège d'élire son maire chaque année.

Pendant longtemps, l'Angleterre n'a pas possédé pas de capitale fixe. À partir du XIIIème siècle, Westminster, ville proche de Londres, est devenue l'un des principaux sièges du Gouvernement. L'essor du commerce européen a également fortement aidé Londres à être propulsée au rang de capitale du royaume.

Une ville en expansion

Au cours du XIVème siècle, le port de Londres s'est transformé en un centre de distribution de marchandises. Cette activité a été renforcée au XVème siècle par une puissante industrie textile.

Du XVIème siècle jusqu'au milieu du XVIIIème, Londres a bénéficié de la centralisation politique et de l'expansion du commerce maritime développées par les Tudor, et maintenues par la suite par les Stuart. Durant le règne d'Henry VIII, la ville comptait plus de 100 000 habitants. Au milieu du XVIIème siècle, sa population approchait les 500 000 personnes.

En 1665, les grands projets d'urbanisme commençaient à voir le jour ; toutefois la moitié de la ville étant encerclée par les anciens remparts, la population n'a pas pu survivre à la propagation d'une grave épidémie de peste, qui a entraîné la mort de 70 000 personnes. L'année suivante, un gigantesque incendie a ravagé les quatre cinquièmes de la ville. À la suite de cela, la zone qui correspond aujourd'hui à la City a été reconstruite ; parmi les acteurs importants de ces travaux, on citera l'architecte Wren qui a participé à l'embellissement du nouveau Londres. À partir de ce moment, la ville est devenue le centre de la vie sociale anglaise, avec ses palais, salons, théâtres, sociétés culturelles (Royal Society, 1662) et musées (Musée Britannique, 1753).

L'expansion de Londres a été favorisée par la fondation de la Banque d'Angleterre, en 1694.

La majeure partie du Londres actuel remonte à l'époque victorienne. Jusqu'au XIXème siècle, la taille de la capitale était réduite aux limites dessinées par la ville romaine d'origine, en incluant également Westminster et Mayfair, qui étaient alors entourés par des champs. L'industrialisation a attiré un nombre croissant de personnes qui se sont installées sur ces espaces verts. Cette expansion rapide a engendré de graves problèmes tels que l'épidémie de choléra en 1832, ou encore la « Grande Puanteur », en 1958, causée par les odeurs insoutenables des écoulements d'eaux usées de la Tamise, ce qui obligea à suspendre quelques-unes des sessions parlementaires.

Dès 1750, la population est passée de 700 000 habitants à plus de 4 500 000 personnes en 1901 (6 600 000 en incluant les banlieues). A la fin du XIXème siècle, Londres est devenue la capitale des finances et du commerce international.

Les besoins administratifs d'un centre accueillant une telle activité commerciale ont favorisé la création, en 1888, d'une nouvelle unité territoriale autonome, le Comté de Londres, gouverné par le « London County Council ». Ce comté a été divisé en vingt-neuf unités électorales (la ville et ses 28 bourgs), mais l'expansion progressive des zones a rapidement repoussé les limites du comté, pour former une banlieue de plus en plus étendue. À la fin de la première guerre mondiale, la population de la capitale a commencé à diminuer pour passer sous les 3 500 000 personnes jusqu'en 1950. En contrepartie, la banlieue n'a cessé de s'étendre.

En 1963, l'agglomération londonienne a été divisée de nouveau, pour intégrer le centre historique et les 32 bourgs de la ville.